Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum

Bienvenue sous le Second Empire


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum -> CHAPITRE HISTORIQUE -> LE SECOND EMPIRE -> Les campagnes militaires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ljullien


Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 20
Localisation: Cachan

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 17:49 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Bonjour à tous !


Je me permets de poster ce message car j’essaie depuis quelques temps de retracer le parcours de mon aïeul au cours de la guerre de 1870 et j’aurais besoin de votre aide. En effet, les informations sont rares et parfois confuses comme vous pourrez en juger par vous-même.
Sous-officier en 1870, il n’existe pas de dossier personnel, hormis un dossier de pension qui ne mentionne que très peu d’éléments que voici : 
  
« JULLIEN Henry-Ferdinand, né le 13 avril 1844 aux Chautards, canton de Joyeuse, Ardèche, de Frédéric et de Marie Magdeleine Boyer. 
Incorporé au 4e régiment de cuirassiers sous le n° mle 957, le 12 décembre 1865, venant du 1er Régt. de carabiniers par suite de licenciement de ce corps. Brigadier le 28 avril 1867. A reçu de son Excellence le Ministre de l’Intérieur, sur la proposition de son Excellence le Ministre de la Guerre, une médaille d’honneur de 2e classe en argent, pour avoir, le 21 juin 1868, sauvé au péril de sa vie, un jeune homme qui se noyait dans le Loir, à Vendôme (Loir et Cher). Maréchal des logis le 18 janvier 1870. 
Nommé gendarme à cheval à la 3e brigade de Lyon en mars 1870.  
Parti de Lyon le jour de la déclaration de la guerre, le 15 ou 18 juillet. Arrivé à Metz 2 jours après. Attaché à la Prévôté de l’armée du Rhin jusqu’à la reddition de cette place le 29 octobre 1870. Prisonnier de guerre ledit jour, jusque vers le 8 ou le 10 mai 1871. Rentré à sa brigade vers le 12 du dit mois. Admis sur sa demande, à la retraite proportionnelle le 22 novembre 1882. » 
  
Cependant, d’après la mémoire familiale, son fait d’armes majeure aurait été de participer le 6 août 1870 à la fameuse bataille dite de Reichshoffen. Une lettre conservée au service historique des armées semble attester ces dires. En effet, lorsqu’en 1916, son fils est fait prisonnier, il écrit au Commandant du régiment en signant « Ferdinand Jullien, ancien sous-officier de cuirassiers ayant pris part à la bataille de Reichshoffen, commissaire de police retraité. » Mon ancêtre était un homme droit et honnête. Je ne pense pas qu’il aurait pu « se fabriquer un passé » plus glorieux que ce qu’il a été. De plus, lorsqu’il rédige cette lettre, il a derrière lui une brillante carrière de commissaire de police à Aix-les-Bains, au cours de laquelle il a été amené à rencontrer et se lier d’amitié avec les plus grandes personnalités de ce monde. Il a ainsi rencontré la Reine Victoria d'Angleterre, le Roi Georges de Grèce, l’Empereur du Brésil Pedro, le Président de la République Carnot, l’écrivain Paul Verlaine… La plupart de ses personnalités lui ont d’ailleurs offert officiellement de nombreux présents pour le remercier des services qu'il leur a rendu. 
  
Je sais qu’en 1870, la mobilisation française se réalise avec grande difficulté et dans un épouvantable désordre. Des détachements complets, venant des garnisons les plus éloignées, ne sont même pas encore arrivés, début août, lorsque les hostilités commencent. De plus, après la défaite de Sedan, Mac Mahon reçoit l'ordre de secourir l'armée du maréchal Bazaine à Metz. Je me demandais donc, s’il avait été possible que durant les premiers mois de la guerre, mon ancêtre ait réincorporé dans son ancienne unité (4e cuirassiers) avant de rejoindre la prévôté de l’armée du Rhin ? A quelle date et à quelle occasion ? J’aurais aimé avoir votre avis sur ce parcours plein de contradiction. Peut-être que l’un d’entre vous connaît les dates de la création de la prévôté du Rhin et son historique ? 
  
Je vous remercie d’avance pour toute l’aide et les éclaircissements que vous pourrez m’apporter. Merci à tous. 
Laurent JULLIEN 
Revenir en haut
colonel Du Pin


Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2012
Messages: 1 268
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 19:24 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Henry Ferdinand Jullien a servi donc dans la cavalerie durant la guerre de 1870 comme gendarme à cheval. est ce bien cela ?
Je pense que des membres plus féru dans l'histoire des batailles et notamment celle de Reichshoffen pourront répondre à vos questions ...

cordialement
Revenir en haut
FinisFr


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2012
Messages: 281

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 21:04 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Bonsoir,
Le 4ème de cuirassiers perd neuf officiers et 170 hommes à Reichshoffen, (dont quatre officiers sur les six du 4ème escadron).
(Le 3ème escadron était resté au dépôt à Toul (huit officiers et 225 hommes) et participa au siège de cette ville, y perdant deux officiers).

Une "Société Fraternelle des Cuirassiers de Reichshoffen" fut fondée le 2 juin 1901, forte de 195 membres, à sa création, qui s'associa, en 1917, à  la "Fédération Nationale des Sociétés de Cuirassiers de France".
Les statuts de la société ont été publiés, comportant la liste des sociétaires : je n'en ai pas trouvé trace sur Google ou Gallica, mais au hasard d'une bibliothèque ou sur Amazone ...
"Société Fraternelle des Cuirassiers de Reichshoffen. Statuts. Siège social : Union des sociétés régimentaires, 1 avenue de la République, Paris".
(La société distribuait à ses membres un insigne en forme de bouton métallique, portant à l'avers un casque, une cuirasse et deux sabres, avec la légende : REICHSHOFFEN . 6 AOUT 1870 . MORSBRONN ; et au revers, gravé en italiques, le nom du titulaire et son numéro d'ordre).
Revenir en haut
Hermann


Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2011
Messages: 430
Localisation: Normandie/Bretagne

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 21:51 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

lA l'entrée en guerre, le 4e régiment de cuirassiers (Billet)faisait partie de 1ere brigade (Girard), elle-même intégré à la 2e division de réserve de cavalerie (De Bonnemains).

A partir du 20 août, des régiments de marche sont crées pour pallier la disparition  des anciennes unités de cavalerie. Le 12 novembre, les 2e, 3e, 4e et 10e régiments de cuirassiers donnent naissance au 6e régiment de marche de cavalerie.

Louis Delpérier (directeur), Uniformes, hors-série n° 5, les cuirassiers 1845-1918, 1981.
Revenir en haut
ljullien


Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 20
Localisation: Cachan

MessagePosté le: Ven 15 Fév - 16:33 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Bonjour, 
 
Merci à tous pour vos remarques. 
 
J’ai, en effet, consulté a listes des membres de la "Société Fraternelle des Cuirassiers de Reichshoffen" et le nom de mon ancêtre ni figure pas. Mais cette association ne regroupe que les vétérans de la bataille qui ont accepté d’en faire partie. Ferdinand Jullien ne semblait pas garder un bon souvenir de cette guerre, probablement du en partie en ses mois de captivité en Allemagne qui ont débuté après la prise de Metz fin octobre 1870. Il ne participait donc pas aux commémorations de cette guerre d’après ce qui en ait dit dans le cercle familial. 
 
Les cuirassiers survivants de la bataille ont semble-t-il été décoré soit de la croix de la légion d’honneur soit de la médaille par un décret impérial daté du 20 août 1870. Malheureusement, la Grande Chancellerie de la légion d’honneur ne possède pas la listes des personnes décorées ce jour là et les archives des récipiendaires sont lacunaires pour cette période, à cause de l’incendie qui toucha la palais de la légion d’honneur lors de la commue. Il y eut au total 191 croix de la légion d’honneur décernées et 235 médailles militaires. 
 
Quelques posséderait-il des informations sur le 4e cuirassiers et notamment sur la liste des membres du régiment engagé dans la bataille. Si on s’en réfère à l’escadron intégré par Ferdinand Jullien avant 1870, il devrait faire partie du 2e escadron. 
 
L’un d’entre vous pourrait –il me renseigner sur la prévôté pendant la guerre de 1870 ? Quand a-t-elle était créée et comment a-t-elle été organisée ? Avez déjà rencontré au cours de vos recherches le cas de gendarmes qui ont rejoint des unités combattantes durant les premières semaines de la guerre ? ou de personnes ayant réincorporée leur ancien régiment après la déclaration de guerre ? Y avait-il une unité de gendarmerie à cheval à Reichshoffen ?
Encore merci pour vos informations qui me sont très précieuses dans mes recherches. 
 
Laurent. 
 
Revenir en haut
Vissarion


Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Ven 15 Fév - 20:46 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Bonjour

Vous trouverez quelques renseignements sur le 4e cuirassiers sur ces deux liens :
http://military-photos.com/reischoffen.htm
http://military-photos.com/histo4cuir.htm

Cordialement
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ljullien


Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 20
Localisation: Cachan

MessagePosté le: Dim 17 Fév - 19:10 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Merci Vissarion. J'ai effectivement visité ces pages qui sont très intéressantes.

J'ai retrouvé que la loi du 10 août 1870 pour l’armée active stipulait ceci : « Tous les célibataires ou veufs sans enfants âgés de 25 à 35ans ayant satisfait à la loi de recrutement doivent être incorporés dans l'armée active (DC_487). Quant aux anciens militaires libérés, tombant sous le coup de cette loi, c'est à dire non mariés et âgés de moins de 35 ans, ils sont tenus de retourner au plus vite dans les bataillons dont ils ont fait partie ». Quelqu'un aurait-il des infos complémentaires sur ce décret et sur la mobilisation de 1870 en générale. Pourrait-il expliquer la réintégration de mon ancêtre dans son ancien escadron ?
La bataille de Reichshoffen a donné lieu à une immense remise de décoration le 20 août suivant. 194 croix de Chevalier de la Légion d’Honneur et 235 Médailles Militaires. L’un d’entre vous pourrait-il me dire comment ont été décernées ces décorations. Sur quels critères ont été attribué une Légion d’Honneur plutôt qu’une Médaille Militaire ? Suivant le grade du militaire ? LH pour les officiers et Médaille Militaire pour les autres ?
Merci encore pour votre aide.
Laurent
Revenir en haut
Vissarion


Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Dim 17 Fév - 19:31 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Bonsoir

Vous êtes un peu généreux en "attribuant" toutes ces décorations au seul 4e de cuirassier. Ces chiffres sont plus probablement ceux des décorations de l'ensemble de l'armée à cette date.
Pour le seul 4e régiment de cuirassier, l'historique du régiment indique : "Par décret impérial du 20/8/1870, l'empereur accorda au 4e cuirassiers plusieurs récompenses à l'occasion de la bataille du 6. Le lieutenant colonel Lacour fut nommé colonel en remplacement du colonel Billet disparu, le chef d'escadron de Négroni était fait officier de la légion d'honneur ; le capitaine d'Orcet, le lieutenant d'état major Mayniel et le lieutenant Pinte étaient nommés chevaliers. Le maréchal des logis chef Bois, le maréchal des logis Sigrist, les cuirassiers Piraube, Pourcelet et Reiss recevaient la médaille militaire pour leur belle conduite."
Par ailleurs vous indiquez que votre ancêtre a été fait prisonnier à la chute de Metz, le 28/10/1870, ce qui ne correspond pas à une affectation au 4e cuirassiers, qui s'est battu à l'armée d'Alsace, puis à l'armée de Chalons et qui n'a jamais figuré sous Metz. Sa captivité devrait démarrer soit le 6 aout (bataille de Reischoffen), soit le 1er septembre après Sedan. Les cavaliers du 4e cuirassiers capturés à cette date ont été internés à Coblentz, Schweinits, Glogau, Thorn et Stettin...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ljullien


Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 20
Localisation: Cachan

MessagePosté le: Dim 17 Fév - 21:25 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

En effet, cette distribution impressionnante de décorations consacre l'ensemble des régiments ayant participer à cette bataille.
La listes des décorés tirée de l'historique du régiment est-elle à votre avis exhaustive ? Dans tous les cas merci pour vos remarques.
Concernant mon ancêtre, sous officier au 4e cuirassier avant de rejoindre la gendarmerie quelques moi seulement avant la déclaration de guerre, je me demandais s'il était possible qu'il ait rejoint la prévôté de Metz après avoir servit au 4e cuirassier début aout (pour combler les rangs du régiment éclaircis à cause d'une mauvaise mobilisation des forces françaises début août 1870).
Laurent
Revenir en haut
ljullien


Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 20
Localisation: Cachan

MessagePosté le: Lun 18 Fév - 18:41 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Vissarion possédez vous les autres historiques de régiment des cuirassiers ayant participé à cette bataille ? 
Si oui, mentionne-t-il eux aussi les décorés à l'issu de cette bataille.
Merci encore pour votre aide.
Laurent
Revenir en haut
ljullien


Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 20
Localisation: Cachan

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 22:05 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

ljullien a écrit:
En effet, cette distribution impressionnante de décorations consacre l'ensemble des régiments ayant participer à cette bataille.
La listes des décorés tirée de l'historique du régiment est-elle à votre avis exhaustive ? Dans tous les cas merci pour vos remarques.
Concernant mon ancêtre, sous officier au 4e cuirassier avant de rejoindre la gendarmerie quelques moi seulement avant la déclaration de guerre, je me demandais s'il était possible qu'il ait rejoint la prévôté de Metz après avoir servit au 4e cuirassier début aout (pour combler les rangs du régiment éclaircis à cause d'une mauvaise mobilisation des forces françaises début août 1870).
Laurent
Vissarion possédez vous les autres historiques de régiment des cuirassiers ayant participé à cette bataille ? 
Si oui, mentionne-t-il eux aussi les décorés à l'issu de cette bataille.
Merci encore pour votre aide.
Laurent
Revenir en haut
Vissarion


Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 23:44 (2013)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Bonsoir
J'ai quelques uns de ces historiques. Mais peu sont très précis sur les décorations attribuées après Froeschwiller, surtout pour les médailles militaires (les recipiendaires de la légion d'honneur sont en revanche en général cités).
Les mentions du dossier de pension de votre aïeul que vous citez semblent parfaitement claires et très détaillées et s'il avait participé à la bataille de Froeschwiller, ce serait probablement indiqué. Comme son parcours et sa date de captivité en témoignent, il est fort improbable qu'il ait participé aux combats de l'armée d'Alsace.
La seule manière d'en être absolument certain serait de consulter les états matricule du 4e cuirassiers ou de la gendarmerie de la brigade de Lyon en juillet 1870. Peut être au SHAT.
Bien cordialement
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
RSCHERER


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2014
Messages: 207
Localisation: Néfiach

MessagePosté le: Dim 26 Juil - 10:55 (2015)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Bonjour,

je n'ai pas d'éléments de réponse pour ljullien mais je me permets de vous indiquer un document sur le 4° régiment de Cuirassiers en 1870.

C'est " Notes de guerre du capitaine Billot du 4° régiment de Cuirassiers".

Lien : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6466018c/f9.image.r=pont-neuf paris.l…

Bonne lecture, le document est téléchargeable.
_________________
Cordialement

Rémy SCHERER
Revenir en haut
RSCHERER


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2014
Messages: 207
Localisation: Néfiach

MessagePosté le: Mer 22 Mar - 16:51 (2017)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870 Répondre en citant

Bonjour à tous,

en relisant ce sujet, je me suis aperçu que ljullien demadait des renseignements concernant la prévôté en 1870.

En voici quelques éléments.

La gendarmerie dans la tourmente de la guerre de 1870

La période qui s’étend du 19 juillet 1870 au 28 janvier 1871 constitue le cadre de la première guerre franco-allemande. Le régime déclinant du Second Empire, pensant reconquérir son prestige, est rapidement acculé à la défaite. Après les échecs du mois d’août (Forbach et Froeschwiller, siège de Strasbourg, occupation de Nancy), Bazaine est contraint de s’enfermer dans Metz. L’armée de secours, repoussée à Sedan, subit une grave défaite au cours de laquelle Napoléon III, fait prisonnier, capitule. Le gouvernement de la Défense nationale, nouvellement installé, tente désespérément de résister. La gendarmerie participe pleinement à ce conflit : en tant qu’unité combattante pour participer aux opérations et au titre de la prévôté pour assumer sa mission de police militaire.

La défense de Paris

Les revers militaires incitent les autorités à organiser des régiments de gendarmerie à pied et à cheval. Un décret du 11 août 1870 prévoit leur mise en place. Le régiment à pied comprend deux bataillons à six compagnies, pour un effectif de 1 248 hommes, officiers compris. Réunie à Versailles, la troupe entre à Paris le 27 août 1870. Elle assiste, sans intervenir, à l’instauration de la République, le 4 septembre.
Après l’avènement du régime républicain, et sous l’impulsion de Gambetta, l’effort de guerre devient total. Un décret, du 29 septembre, institue un second régiment de gendarmerie à cheval, composé principalement à partir des éléments détachés de la 1ère légion de gendarmerie (Seine-et-Oise, Seine, Oise et Seine-et-Marne), ainsi que du personnel provenant des départements envahis. Face à l’avancée des Prussiens, un nouveau texte, du 1er octobre, augmente les effectifs du régiment de gendarmerie à pied. Les unités de gendarmerie à Paris sont réparties dans les 13e et 14e armées, où elles sont conservées comme unités de réserve.

Destinées à la défense de la capitale, ces formations participent au combat de Châtillon, le 19 septembre 1870, où le 1er régiment à cheval soutient le repli des artilleurs. Des gendarmes participent encore aux batailles de La Malmaison, le 21 octobre 1870, et de Buzenval, le 19 janvier 1871. Ils fournissent en outre des détachements pour des opérations de reconnaissance.

L’engagement en province

La résistance s’organise également en province. Un décret des 31 octobre et 18 novembre 1870 prescrit le prélèvement de deux régiments de marche de gendarmerie à cheval – 480 hommes se rassemblant à Saumur et à Caen – au sein des légions ; ce même décret requiert la constitution d’un régiment de marche de gendarmerie à pied de 1 200 hommes devant se rassembler à Bourges. Des escadrons de gendarmerie sont encore formés à Lille. Par un arrêté du 10 novembre 1870, le général Faidherbe organise deux escadrons de gendarmerie à partir des brigades des compagnies du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme. Les gendarmes qui les composent se battent dans les rangs de l’armée du Nord qui, malgré quelques succès locaux, ne parvient pas à faire sa liaison avec les autres forces françaises et à briser l’encerclement de Paris. Ces deux escadrons sont licenciés par l’arrêté du 9 mars 1871. Enfin, une compagnie est formée dans la Sarthe pour renforcer la 2e armée de la Loire, alors qu’un régiment à cheval est créé pour l’armée de l’Est, le 5 janvier, afin de débloquer la citadelle de Belfort.

Parmi les généraux issus de la gendarmerie, Fauconnet et Deflandre trouvent la mort lors des combats. Les gendarmes s’illustrent notamment lors de la bataille du Mans – les 11 et 12 janvier 1871 – où ils parviennent à tenir le faubourg de Pontlieue au prix de la mort d’un officier et de 83 sous-officiers.

Le service de la prévôté

Dès les débuts de la guerre, la gendarmerie est mise à contribution pour exercer un service prévôtal. Celui-ci est réorganisé par un décret des 20 décembre 1870 et 23 janvier 1871. Au total, dix-sept légions sont appelées à y participer. Ces formations opèrent sous les ordres des généraux commandant les divisions et les subdivisions. Les gendarmes sont tenus d’occuper de jour comme de nuit les gares et les points stratégiques pour y exercer une fonction de police militaire : ils recherchent les déserteurs, les fuyards et les militaires circulant sans papiers, recueillent les armes, les munitions ou les effets d’équipements abandonnés, patrouillent enfin pour opérer l’arrestation des espions et des suspects. La concentration de ces brigades, rassemblées dans les chefs-lieux des compagnies, prive néanmoins les campagnes de leur surveillance habituelle. Pour pallier ce manque, un décret du 14 janvier 1871 institue des brigades provisoires de gendarmerie, composées de gendarmes auxiliaires, pour la durée de la guerre contre la Prusse. Ces auxiliaires sont des anciens sous-officiers de l’Arme, des brigadiers, des gendarmes en retraite, des anciens soldats de la ligne proposés pour entrer dans l’institution et susceptibles d’être confirmés dans cet emploi à la fin de la guerre ou, en dernier ressort, des mobilisés mariés.

Le tribut payé par la gendarmerie pour la défense de la nation a été lourd. Cette institution a pu, une nouvelle fois, démontrer sa capacité de se muer en unité combattante lorsque les circonstances l’exigeaient.


Chef d’escadron Edouard Ebel.

Chef du bureau Études, Traditions, Symbolique du département Gendarmerie du Service Historique de la Défense.

Source : http://www.resgend.fr/la-gendarmerie-dans-la-tourmente-de-la-guerre-de-1870…
_________________
Cordialement

Rémy SCHERER
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:21 (2017)    Sujet du message: 4e cuirassiers – Bataille de Reichshoffen –1870

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum -> CHAPITRE HISTORIQUE -> LE SECOND EMPIRE -> Les campagnes militaires Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com