Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum

Bienvenue sous le Second Empire


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Détails de couchage et autre ....

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum -> RECONSTIT' ET MILITARIA -> LE 18ème DE LIGNE RECONSTITUE -> Vie de camp et école du soldat
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
pacofeanor
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2011
Messages: 2 161
Localisation: PUY DE DOME

MessagePosté le: Sam 18 Fév - 16:55 (2012)    Sujet du message: Détails de couchage et autre .... Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Voici une lettre trouvée sur ebay, avec en rouge un passage intéressant !


"Afrique, à Alger le 22 aout 1831.

Cher Papa et Chère Maman,

La présente est d'abord pour m'informer de l'état de votre santé en vous faisant
part de mon arrivée en Afrique. Je suis embarqué le 2 avril et après 10 jours
de traversée bien mauvaise, je suis débarqué le 12 du mois avec un rhume
que j'ai gardé jusqu'à présent et qui me gêne beaucoup à parler.
J'ai mille choses sur la tenue du Pays dans lequel je suis maintenant
tant sur les hommes que sur les femmes car ce sont comme des sauvages
maintenant que les français y sont. Il y en a de toutes nations. Les hommes
ont des guenilles qui leur pendent jusqu'au genoux ; les femmes sont de même
à l'exception que leurs effets descendent jusqu'aux pieds et traînent même la terre.
Les femmes portent des bijoux de toutes richesses, elles ont des bonnets pointus
en forme de clocher à peu près de deux pieds de long et tout en argent.
Il est impossible de leur voir la figure car elles sont toutes masquées.
Les hommes sont doués d'une force extraordinaire mais naturellement mous.
Enfin le pays est en général très pauvre et rien de curieux si ce n'est que
les mausolée (qu'on appelle église en France) sont d'une richesse extraordinaire ;
l'or et l'argent y brille de toute part.
La Ville d'Alger est entourée de forts, n'importe quelle puissance et
défense maintenant à qui que ce soit de la prendre, il faut que ce soit les
Français qu'il l'ait prise car autrement on ne craint personne soit pour
aborder par mer ou par terre. Il y a environ 15000 hommes français
à Alger et aux environs en comptant la troupe. Malgré cela, nous ne
laissons pas que d'avoir des ennemis en quantité, nous avons tous les moins
des expéditions dans les montagnes. Il y a environ trente mille bédouins qui nous
cherchent la guerre, c'est ce qui fait que nous cherchons à les détruire. Heureusement
pour nous qu'il n'ont pas de pièces de canon, mais aussi ils ont des fusils
si long qu'il portent à cinquante pas plus loin que les nôtres.

La dernière expédition fut la plus mauvaise pour les français car ils ont été
forcé de battre en retraite d'après les ordres du Général Berthézène. Cette expédition
fut dans le mois de juin. Nous eûmes environ 450 hommes tués ou blessés. Ce qui fut
la cause de cette déroute funeste, c'était le manque de munitions car pendant près de
deux heures, ils ont été forcé de se battre à l'arme blanche. Le 15ème n'a pas
eu beaucoup de mal car nous n'avions que 22 hommes qui ont péri mais une bonne
partie de 20ème et du 30ème de ligne ont succombé sous le fer de ces cruels sauvages.
Je change de conversation mais cependant sans me plaindre du coucher car nous ne
sommes plus dans une garnison de France. Une couverture de laine est pour me couvrir
et un sac me sert de paire de drap
. D'habitude en France, le fourrier à la meilleure
fourniture mais où je suis, il n'y a pas à choisir, quoique cependant ceux qui ont quelque
moyen s'achettent un lit, mais ils ne sont pas sûrs de le garder longtemps quelques
fois, car d'un jour à l'autre, on peut changer d'asile, nous sommes caserné dans la
ville d'Alger dans des cours enclos. Le 15ème seulement est en ville, les autres
régiments sont détachés aux alentours.
Je n'ai pas pu vous écrire plutôt car un tiercement général vient de s'opérer dans le
régiment vu la grande quantité de jeunes soldats que formait le 4ème Bataillon. Il a fallu
compléter les autres en nombre égal et c'est, vous pouvez croire, un ouvrage conséquent
car c'est un changement d'hommes de comptabilité.
Je vous assure qu'il serait glorieux pour moi de recevoir de temps en temps quelques lettres
de France car être si loin de ceux qu'on y aime et qui cherchent et envient mon bonheur
me force à dire quelque fois que je ne les verrai plus. Cependant je vis toujours dans
l'espérance, l'espérance seule me fait vivre d'un côté, celui de vous revoir, et de l'autre
celui d'avancer en grade, mais ce ne sera, chers parents, ce ne sera que l'ancienneté qui pourrait
me justifier sur l'envie et le sort que vous me désiré vous même, ce dont ferait
aussi toute ma joie.
Ma plume ne s'arrête jamais, mais je ne puis vous en dire d'avantage,
car elle m'appelle à un autre devoir sérieux auquel je n'ai jamais manqué, au contraire,
quand je me crois en arrière, je passerai plutôt une nuit que d'attendre à recevoir
des reproches pour vous en convaincre si vous voulez, je vous enverrai ma liste de
punitions, cela est pour rire mais vous y verriez 4 jours de salle de police
pour être sorti étant exempt de services. Je fini avec peine ce court entretien.
Je m'aperçois que l'heure s'écoule ; il faut que j'aille réciter ma théorie car c'est en ne
manquant pas à cette partie essentielle du service que l'on parvient à devenir
un bon sous-officier.

Je souhaite à vous cher Papa, et à ma chère Maman, une bonne santé.
C'est de tout coeur que je vous embrasse ainsi que mes frères
et soeurs.
Mes civilités et mes compliments à mon cher oncle, à qui vous pourrez
dire que je pense toujours beaucoup et ainqi qu'on ma tante, laquelle j'embrasse
bien, sans oublier mes cousins et cousines, et mon petit neveu qu'on m'a dit
qu'il se portait si bien.

En attendant le grand plaisir de vous revoir.
Votre dévoué fils
Rivoirard.
Fourrier au 15ème Régiment d'Infanterie
en garnison à Alger (en Afrique)
4ème Bataillon, 4ème Compagnie."



encore un témoignage de l'utilisation d'un "sac de couchage", vraisemblablement le sac d'approvisionnement !


cordialement
paco
_________________
Ah moi auvergne!!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:50 (2016)    Sujet du message: Détails de couchage et autre ....

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum -> RECONSTIT' ET MILITARIA -> LE 18ème DE LIGNE RECONSTITUE -> Vie de camp et école du soldat Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com