Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum

Bienvenue sous le Second Empire


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE SERVICE TELEGRAPHIQUE EN ITALIE : 1859

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum -> CHAPITRE HISTORIQUE -> LE SECOND EMPIRE -> Les campagnes militaires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
RSCHERER


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2014
Messages: 188
Localisation: Néfiach

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 08:49 (2016)    Sujet du message: LE SERVICE TELEGRAPHIQUE EN ITALIE : 1859 Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Bonjour à tous,

au détour de mes lectures, j'ai découvert l'action de service télégraphique français pendant la campagne d'Italie. Je souhaite vous en faire partager la connaissance.

Note préliminaire : c’est au ministère de la Guerre qu’est confiée par la Convention, en 1793, la responsabilité des premières liaisons Chappe.
En 1798, après le rétablissement de la paix, est créée l’Administration des Télégraphes, placée sous l’autorité du ministère de l’Intérieur. Pour autant, les moyens plus traditionnels, comme les estafettes, continuent d’être mis en œuvre. Cette administration détache auprès des armées en cas de besoin les moyens qui lui sont nécessaires.
Il faudra attendre 1867 pour qu’une première initiative dote les militaires d’un Service Télégraphique aux Armées. Puis, en 1900, les transmissions sont confiées à l’Arme du Génie. La même année, le 24° bataillon de sapeurs télégraphistes voit le jour au Mont Valérien.

Rapports officiels français sur la campagne d'Italie en 1859 : service des télégraphes
 
Auteur : Lair, C.
Revue Militaire Suisse (1860)
 
Notice sur le service télégraphique de l'armée d'Italie.
 
Dans les premiers jours de mai, Son Excellence le maréchal ministre de la guerre fit la demande à son collègue de l'intérieur d'un service télégraphique pour l'armée d'Italie. La direction de ce service fut confiée à M. Lair (Clément), inspecteur général de 2° classe. Ce fonctionnaire partit de Paris le 16 mai, avec : 5 inspecteurs; 4 directeurs de Station; 12 stationnaires; 28 surveillants; et rejoignit, le 22, le grand quartier-général à Alexandrie.
 
Le temps et l'expérience manquant pour créer un matériel spécial qui pût faciliter les opérations d'une mission sans précédent, M le directeur de l'administration avait en toute hâte réuni à Lyon, Avignon et Marseille, environ 3000 poteaux de six mètres de longueur, les plus légers qu'il avait pu trouver dans ses dépôts, et les avait remis à l'administration de la guerre avec 6000 kilogrammes de petit fil de fer, bon nombre d'isolateurs en porcelaine, des outils de construction, des piles électriques et des appareils de transmission (système Morse), disposés de façon à être aussi portatifs que possible. Tout ce matériel, débarqué à Gênes, fut en quelques jours réuni à Alexandrie par les soins du chef de la mission, avec 2000 perches légères de 4m50 de hauteur qu'il s'était empressé de faire confectionner à Gênes, lorsqu'il avait appris que les Sardes et les Autrichiens possédaient un matériel de lignes volantes dont ils attendaient les plus heureux résultats, qui ont été loin de se réaliser. M. l'intendant général mettait alors à la disposition du service télégraphique 14 voitures du train auxiliaire qui, quoique bien insuffisantes, ont été d'un grand secours pendant toute la campagne. La mission a du pourvoir à l'insuffisance de ces moyens de transport par des réquisitions. C'est ainsi également que, pour la plantation des poteaux, elle s'est procuré, mais toujours avec bien de la peine et après avoir perdu à ce soin un temps bien précieux, des travailleurs qu'elle payait fort cher.
 
Le personnel fut organisé en trois brigades. Les deux premières étaient chargées de constructions; la troisième de la consolidation des lignes, de leur surveillance et de leur entretien, ainsi que de l'organisation des convois de matériel, destinés à approvisionner les constructeurs. Les premières étaient commandées chacune par un inspecteur de 1° classe, ayant sous ses ordres : 1 inspecteur adjoint; 6 surveillants; 2 stationnaires munis de leurs appareils de transmission; 7 voitures du train auxiliaire chargées du matériel de ligne. La troisième brigade se composait d'un inspecteur, d'un directeur de Station et de quelques surveillants, chargés d'escorter les convois de matériel, et enfin de tout le personnel chargé du service des stations ouvertes et de l'entretien des lignes reliant ces stations. C'est au moyen de ces ressources renouvelées par l'administration centrale que la mission télégraphique s'est mise courageusement à l'œuvre, pour remplir dignement la tâche difficile qui lui était confiée. De Vercelli à Valeggio, du 31 mai au 6 juillet, jour de la signature de l'armistice, il a été réparé ou construit plus de 400 kilomètres de lignes, et ouvert 35 bureaux, qui ont toujours, sauf quelques courtes interruptions, assuré à l'Empereur et à son quartier-général leurs Communications avec la France et souvent avec les maréchaux commandant les corps d'armée, et qui ont fait en même temps le service des dépêches du roi de Sardaigne et de son quartier-général.
 
Voici la liste de ces 35 bureaux et les dates de leur ouverture : Vercelli, 30 mai. Lodi, 17 juin, au soir. Novare, 2 juin. Plaisance, 19 juin, au matin. Galliate, 3 juin. Crémone, 21 juin, au matin. Turbigo, 4 juin, au soir. Cilivergho, 21 juin, au matin. Trecate, 4 juin, au soir. Lonato, 21 juin, au soir. Saint-Martin de Tessin, 5 juin, à midi. Piadena, 24 juin, au soir. Magenta, 5 juin, au soir. Bozzolo, 25 juin, au soir. Milan, 6 juin, au matin. Pozzolengo, 25 juin, au soir. Melzo, 9 juin, au soir. Cavriana, 28 juin, au matin. Trecello, 10 juin, au matin. Volta, 29 juin, à midi. Melegnano, 10 juin, au soir. Rodondesco, 30 juin, à midi. Binasco, 11 juin, au soir. Gazzaldo, 1° juillet, au soir. Treviglio, 13 juin, au matin. Borghetto, 1° juillet, au soir. Bergame, 14 juin, au soir. Valeggio, 2 juillet, au soir. Chiari, 15 juin, au soir. Goito, 2 juillet, au soir. Pavie, 15 juin, au soir. Castelnuovo, 3 juillet, au soir. Ospedaletto, 16 juin, au soir. Sainte-Lucie, id. Brescia, 16 juin, au soir.
 
Plusieurs fois les inspecteurs, poussant leurs lignes au-delà même des avant-postes de l'armée, ont pu transmettre, sur les positions et les mouvements de l'ennemi, des renseignements qui étaient communiqués immédiatement à M. le maréchal major général. Le jour de l'armistice, les Communications du grand quartier-général avec Milan étaient assurées par deux grandes lignes, l'une passant par Brescia, l'autre par Crémone et les mesures étaient prises pour porter, aussi rapidement que possible en avant, nos fils qui enveloppaient déjà Peschiera et s'avançaient sur la route de Villafranca jusqu'à Custozza. Pendant la campagne, le nombre des stationnaires seul s'est accru. Il était de 28 et allait être porté à 34, quand les hostilités ont cessé. Il n'est pas besoin de faire ressortir toutes les difficultés que la mission a du surmonter pour construire ses lignes au milieu d'une armée de plus de cent mille hommes et sur des routes encombrées de bagages et d'approvisionnements de toutes sortes; mais c'est ici le cas de signaler les améliorations qu'il serait indispensable d'apporter à l'avenir dans l'organisation d'un semblable service, pour réunir toutes les chances possibles de succès. Ces améliorations ont été exposées dans un rapport spécial adresse par M. Lair à M. le directeur de l'administration. En terminant cette note, le chef de la mission est heureux de remercier l'administration de la guerre, du concours qu'elle en a reçu et de déclarer que les rap¬ ports entre ses fonctionnaires et tous les chefs des divers Services militaires et administratifs, n'ont pas cesse un seul instant d'être parfaits.
 
Paris, le 20 novembre 1859. L’Inspecteur général, chef du service télégraphique de l'armée en Italie. C. Lair.
 
Toute autre information sera la bienvenue, en espérant vous avoir intéressé.
_________________
Cordialement

Rémy SCHERER
Revenir en haut
colonel Du Pin


Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2012
Messages: 1 227
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 12:38 (2016)    Sujet du message: LE SERVICE TELEGRAPHIQUE EN ITALIE : 1859 Répondre en citant

Bonjour Rémy,

c'est intéressant d'avoir fait un article sur le service télégraphique français ... il me semble en avoir lu des passages dans le livre de Bazancourt sur la campagne d'Italie ...

cordialement
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:49 (2016)    Sujet du message: LE SERVICE TELEGRAPHIQUE EN ITALIE : 1859

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum -> CHAPITRE HISTORIQUE -> LE SECOND EMPIRE -> Les campagnes militaires Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com