Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum

Bienvenue sous le Second Empire


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le marquis de Galliffet

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum -> CHAPITRE HISTORIQUE -> CULTURE ET DIVERTISSEMENTS -> Bibliothèque
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
colonel Du Pin


Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2012
Messages: 1 237
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Lun 2 Déc - 22:43 (2013)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Messieurs,

je tiens à vous présenter un bel ouvrage sur le général de Galliffet, le fameux "marquis aux bottes rouges" de la commune et ancien commandant de la contre-guérilla au Mexique, de Georges Gugliotta, qui devrait sortir en Février 2014.
Malgré que ce fut un "ennemi intime" du colonel Du Pin je vous le conseille tout de même (pour ceux que ça intéresse je poste également un bon de souscription à envoyer avant le 30 Janvier 2014).






Revenir en haut
Aymard de Foucauld


Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2012
Messages: 118

MessagePosté le: Mar 3 Déc - 07:25 (2013)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant

Je me permets de mettre en ligne une version plus "lisible" du document de souscription












GEORGES GUGLIOTTA


Le général de Galliffet

Un sabreur dans les couLisses du pouvoir


PRÉFACE D’ANDRÉ MARTEL
POSTFACE DE JEAN-CHARLES JAUFFRET


Galliffet ! Un nom qui évoque le galop des charges désespérées de Floing et la célèbre
réplique : « Tant qu’il en restera un ! » Mais c’est aussi le brillant officier des Guides se couvrant de
gloire en Crimée, le glorieux blessé de Puebla, au Mexique. Il est ensuite là-bas l’inflexible commandant
de la contre-guerilla des terres chaudes. Mais Galliffet est aussi le fusilleur de la Commune, le
réprouvé, le maudit de l’Histoire de France. Au-delà des clichés réducteurs, nuisibles à toute recherche
historique, un jugement serein s’impose. Cet officier de cavalerie issu d’une des plus
anciennes et plus puissantes familles de la Provence, dont il parlait la langue, incarnera toute sa vie l’assemblage
classique du gentilhomme et du soldat, avec quelques-uns des attributs du cadet de Gascogne. Favori de la cour impériale, il devient un des fidèles de Gambetta, qui incarne à ses yeux « une certaine idée de la France », tous deux ayant pour idéaux l’armée et la Patrie. Cette amitié lui vaut alors d’occuper les plus hauts postes de l’armée, devenant le rénovateur de la cavalerie française dont il fait en quelques années la première d’Europe. Rappelé par Waldeck-Rousseau, il a la lourde charge de solder l’affaire Dreyfus et de remettre de l’ordre dans le commandement, évitant peut-être à la France de connaître une guerre civile. Cette biographie n’est pas une réhabilitation. Notre démarche ne s’inscrit pas dans l’histoire bataille si décriée ou anecdotique, mais plutôt dans l’analyse socioprofessionnelle de ce qu’est l’armée, de l’insertion de celle-ci dans le tissu social de la nation et de sa participation éventuelle à la lutte pour le pouvoir.


GEORGES GUGLIOTTA est né à Marseille en 1948. Ancien élève des facultés d’Aix-en-Provence et de Montpellier.
Docteur en histoire et docteur d’État es-lettres de l’université Paul-Valéry, ancien auditeur de l’IHEDN. Il est l’auteur de
plusieurs ouvrages : Les mobiles et francs tireurs des Bouches-du-Rhône ; Un officier du corps d’état-major : Le général de Cissey,
réorganisateur de l’armée française. En collaboration avec plusieurs auteurs : Les Armes et la Toge, Militaires en République.















_________________
Hardi ma lys

Puebla - 5 mai 1862 - Le jour où est née la nation mexicaine, publié par L'Harmattan, signé par Emmanuel Dufour est disponible...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
colonel Du Pin


Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2012
Messages: 1 237
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Mar 3 Déc - 14:39 (2013)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant

 merci pour la "lisibilité" du document, cher Aymard !!   Mr. Green
Revenir en haut
FinisFr


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2012
Messages: 281

MessagePosté le: Mar 3 Déc - 21:04 (2013)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant

Bonsoir,
Merci pour cette nouvelle - et pour la quatrième de couverture qui annonce clairement qu'il s'agit, à travers Galliffet, d'une étude sociologique universitaire.
(J'avais jadis acheté (en solde) un bouquin intitulé "Galliffet, le fusilleur de la Commune" - ouvrage d'une rare nullité !)
Au delà des anecdotes sur ce personnage assez vain, commensal du régime impérial et militaro-politicard sous la Troisième ; c'est son rôle au tout début du mois d'avril 1871 qui mérite d'être souligné :

L'Anglais Robert Tombs a écrit en 1981 un remarquable livre sur les opérations entreprises par le gouvernement contre la Commune : La guerre contre Paris, 1871, Aubier Ed., 1997; (ouvrage d'un "ami de la cause", mais loin des délires de Lissagaray et de Pelletan).
Il y souligne le rôle de Galliffet, alors commandant des 9ème et 12ème chasseurs à cheval.
Après les reconnaissances entreprises, fin mars, vers Neuilly et Chatillon, - jugées prématurées et dangereuses, vu l'état d'esprit de la troupe - il participe activement au premier engagement, le 2 avril, contre les Fédérés retranchés au rond-point de Courbevoie.
Alors que le 113ème et le 74ème régiments (ce dernier accusera 70 désertions - dont 26 hommes exhibés le lendemain sur les Champs-Elysées), lâchent pied et se débandent devant les retranchements fédérés, Galliffet rétablit la situation en faisant tirer la demi batterie d'artillerie attachée à sa brigade de cavalerie, dans des conditions dramatiques :
"... certains officiers poursuivirent leurs hommes au galop, sabre au clair, ("Il y eut une minute d'angoisse, je me la rappellerai toute ma vie" Gal.) ; Galliffet et son état-major mirent pied à terre, dégainèrent leurs révolvers, et les artilleurs finirent par se décider à tirer, sous la menace".

Sans cet engagement au cours duquel les haines s'allumèrent et où coula le premier sang, (dont celui du docteur Pasquier, médecin en chef, abattu au début de l'action par les Communards - assassins dont cinq furent fusillés séance tenante par le futur général Boulanger), la sortie en masse des Parisiens du 3 avril aurait pu bénéficier de ralliements au sein de la troupe versaillaise ; ralliements qui firent cette fois entièrement défaut et amenèrent à la déroute des Fédérés.
"The right man in the right place".
Revenir en haut
colonel Du Pin


Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2012
Messages: 1 237
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Mer 4 Déc - 20:00 (2013)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant

Messieurs,

voici un cdv montrant de Galliffet avec le grade de lieutenant-colonel (???) sur ce qui ressemble à une veste de chasseurs d'Afrique.

 
Revenir en haut
Hermann


Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2011
Messages: 430
Localisation: Normandie/Bretagne

MessagePosté le: Mer 4 Déc - 23:09 (2013)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant

Il porte ici le dolman pelisse du modèle des généraux de la IIIe République. Il est commandeur de la Légion d'Honneur entre 1873 et 1880. Il est donc ici ou général de brigade (1873-1875) ou de division (1875 à 1880).
Revenir en haut
colonel Du Pin


Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2012
Messages: 1 237
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Jeu 5 Déc - 17:59 (2013)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant

Merci Hermann pour les précisions sur l'uniforme porté par de Galliffet. 
Revenir en haut
Aymard de Foucauld


Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2012
Messages: 118

MessagePosté le: Dim 15 Déc - 22:09 (2013)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant




Texte d'après Emmanuel Dufour - "biographie d'Aymard de Foucauld" - "La Louve Editions 2012"


Le 19 Juillet 1863 Galliffet remettait à l’Empereur, qui se trouvait alors à Vichy, « cinq 
drapeaux et treize fanions pris à l’ennemi à l’avant de San Xavier et au Combat de San 
Pablo del Monte, les clefs en argent de la Ville de Mexico offertes (…) par la 
Municipalité de cette ville ; une lettre du Général en Chef [et] à Son Altesse le Prince 
Impérial un petit canon de « 3 » avec son affût et son approvisionnement pour trente 
coups. Ce canon pris à Puebla [était] offert à Son Altesse Impériale par l’Armée du 
Mexique » (1). Au cours de la parade militaire, l'Empereur se trouvait sur la terrasse de 
son chalet Vichyssois, avec les personnes de sa Maison ; de Galliffet, fraîchement 
promu Chef d’escadron, se tenait en arrière. « Mais lorsque les Grenadiers furent 
arrivés, l'Empereur lui dit : « Distribuez vous-même les drapeaux aux Sous-officiers de 
mes Grenadiers qui auraient bien su les conquérir s'ils avaient fait la Campagne du 
Mexique » et « Galliffet s’exécuta comme un Consul Romain distribuant les Aigles aux 
Légions. La foule l’acclama » (2). « Les drapeaux Mexicains étaient en étoffe de soie, 
divisés en bandes vert, blanc et carmin. La bande médiane portait le vautour Mexicain 
tenant sous son bec la gueule en or et la tête du serpent, la hampe était recouverte de 
velours cramoisi et terminée par une pointe de lance pleine et à jour. Le premier des 
drapeaux était criblé de balles et presque en lambeaux. Le second était un drapeau de 
Cavalerie avec une hampe en bois tourné et cette inscription 1er Regimento de 
Caballeros de Durango (3) ; sur le troisième on lisait 3ème Movil del distrito ; le quatrième 
avait la hampe recouverte en velours vert terminé par le serpent et le vautour en cuivre 
doré : l’inscription portait Republica Mexico – Bataillon de Zupadores, celle du 
cinquième : San Luis de Potosi – 2ème Bataillon de Guardiani. Les fanions, beaucoup 
moins grands, ne présentaient rien de bien remarquable; seulement sur quelques uns 
étaient peints les insignes suivants : une ancre renversée, sur la tige sont croisés deux 
instruments d'agriculture, au-dessus une grenade au centre de laquelle un grand Z 
barré », selon les descriptions de la Bédollière. « Du chalet impérial les Grenadiers, 
musique en tête, partirent triomphalement, et allèrent déposer leur glorieux butin autour 
du tertre qui portait le drapeau du 3ème Régiment ». Ces trophées furent ramenés aux 
Invalides où ils furent conservés (longtemps) parmi de nombreux autres drapeaux et emblèmes 
conquis sur les champs de bataille du monde entier au cours de l’Histoire. 

 

[1] « Précis des Evénements de la Campagne du Mexique en 1862 » - Charles Louis Auguste Martin – C. Tanera
1863. « M. de Gallifet était revenu à la vie, mais il était loin d'avoir recouvré la santé, et quand il arriva à Vichy, où
résidait momentanément l'Empereur, il fallut le descendre de son wagon et le porter dans la voiture qui l'attendait à
la gare (…). Ce fut le dimanche 19 Juillet que le jeune Officier d'ordonnance présenta au souverain les trophées
conquis sur l'ennemi. Ils furent aussitôt livrés aux Grenadiers de la Garde qui les promenèrent triomphalement à
travers le parc et dans tout Vichy au bruit des fanfares militaires. Tous les drapeaux étaient en soie avec hampe
dorée et fort beaux ; plusieurs avaient un grand aigle brodé au milieu. L'un d'eux était aussi déchiré par les balles et
la mitraille que nos étendards les plus troués de Magenta et de Solferino. Les fanions avaient des broderies noires.
Pendant que les Grenadiers faisaient leur promenade autour de la ville, M. de Gallifet alla s'asseoir sous les
ombrages du parc en marchant péniblement à l'aide de béquilles. Il portait l'uniforme de Capitaine de Cavalerie. On
l'avait à peine installé sur des chaises qui soutenaient ses jambes blessées, que M. Vassart, Aide de Camp, fendant la
foule lui apporta, par ordre de l'empereur, une boite en maroquin vert contenant des épaulettes de Chef d'escadron.
Séance tenante, les amis du nouveau commandant le décorèrent des insignes de son grade, aux applaudissements de
l'assistance ». [in « Guerre du Mexique, 1861-1867 » - L. le Saint - J. Lefort, 1867]


[2] « Gaston Alexandre Auguste de Galliffet » - Christophe Monat – JC Godefroy 1985



[3] Drapeau pris lors du combat de San Pablo del Monte, où périt le commandant de Foucauld





_________________
Hardi ma lys

Puebla - 5 mai 1862 - Le jour où est née la nation mexicaine, publié par L'Harmattan, signé par Emmanuel Dufour est disponible...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hermann


Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2011
Messages: 430
Localisation: Normandie/Bretagne

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 19:34 (2014)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant

J'ai fini ce livre.

C'est une très bonne biographie, certainement la meilleure sur cet homme.

Une petite erreur : l'attentat d'Orsini n'a pas coûté la vie à 8 lanciers. Le peloton du lieutenant Noguet comprenait 26 lanciers. Un lancier est mortellement touché, douze sont blessés dont sept gravement.

Le livre dévoile la personnalité exubérante de Galliffet et ses multiples frasques sont dévoilés avec soin. Le changement opéré entre l'officier fantasque du Second Empire et le général intraitable de la IIIe République est largement documenté. Le seul point qui m'ai chagriné : le peu de pages consacré au rôle d'exécuteur de la commune (seulement 5 pages sur son rôle sur 340).
Revenir en haut
Hermann


Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2011
Messages: 430
Localisation: Normandie/Bretagne

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 19:36 (2014)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet Répondre en citant



pour finir, Galliffet en spahi, variante de celle de Vissarion
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:19 (2016)    Sujet du message: Le marquis de Galliffet

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bienvenue sous le Second Empire Index du Forum -> CHAPITRE HISTORIQUE -> CULTURE ET DIVERTISSEMENTS -> Bibliothèque Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com